Normand Gosselin

Langues : français et anglais                         

Enfance et adolescence vécues à Malartic, Abitibi, à l’exception d’une année et demie passée à Dundas, Timmins et Rexdale (Ontario) afin d’y apprendre l’anglais; immigré à Montréal à l’âge de 28 ans. Formation en administration, marketing, journalisme, communication, gestion d’associations, créativité appliquée et relation d’aide. J’ai toujours suivi des formations, plus parcuriosité et désir d’apprendre que pour l’aspect professionnel.

Élevé catholique, je suis tombé par pur hasard dans UU au moment où je cherchais une voie à mon goût; un de mes professeurs en créativité appliquée, à l’université de New York à
Buffalo, était ministre Unitarien dans une communauté de New York. J’ai assisté à un de ses services du dimanche par esprit de solidarité en 1990 : et ce fut mon Big Bang !

Après avoir quitté le journalisme pour être plus présent auprès de ma jeune famille, j’ai fait de l’errance professionnelle pendant 25 ans, touchant à toutes sortes de choses, multipliant les connaissances mais aussi le vide laissé par l’absence du métier qui me passionne tellement. Je suis père de trois enfants et grand-père sept fois.

La gestion d’associations a été ma planche de salut lors de la fondation de mon entreprise, Créattitude inc., pendant le Grand Verglas de 1998; ce qui m’a ramené au journalisme
puisque les associations aiment bien posséder leur propre média. Aujourd’hui, en plus de gérer des associations, j’édite le magazine web Électricité Plus, média dédié aux
professionnels de l’électricité.

Apprendre, apprendre, apprendre… c’est le sens de ma vie : la croissance personnelle. La lecture est mon moyen de prédilection et l’Église Unitarienne de Montréal est venue en
complément. La fonction de célébrant laïc est une autre avenue des plus enrichissantes,
fonction que je souhaite à toute personne désirant connaitre une croissance personnelle en dehors des sentiers battus et qui désire connaitre davantage la condition humaine.

Après mûre réflexion, j’ai arraché la page de mon dictionnaire sur laquelle paraissait le mot retraite…

Marie Diane Bessette est ma conjointe depuis 2004. En plus de peindre à l’aquarelle des thèmes qui lui sont chers, elle exerce le métier de technicienne en foresterie urbaine et en horticulture ornementale, au poste de contremaitre des travaux publics d’une municipalité. Elle m’accompagne fréquemment aux activités de l’Église Unitarienne de Montréal et a eu le plaisir de participer à deux expositions de groupe de la Galerie d’art en marches et une exposition en solo, en octobre et novembre 2016.