Philippe Chevalier

 Langues: français et anglais

Passionné par l’Histoire depuis l’enfance, Philippe Chevalier aborde la religion comme un cheminement fait d’études et d’émotions personnelles. Né en France dans une famille laïque se tenant loin des églises et des religions, il a pourtant développé très tôt une attirance pour la spiritualité et l’Histoire des religions : « Mes parents étaient objectifs, ils ne cherchaient pas à faire de moi un athée, ils m’avaient acheté, pour que je
découvre par moi-même, une énorme bible illustrée quand j’avais 8 ans, je trouvais les récits fascinants et inspirants ».

Arrivé au Québec en 2000, il s’y intègre très vite et s’y sent chez lui : « J’avais déjà vécu et travaillé un peu au Maroc, Singapour et aussi travaillé en Iran, une expérience rare, je m’intègre et j’apprends vite ».

Professionnel du milieu de la formation et de l’éducation aux adultes, diplômé en Histoire médiévale de
l’université de Paris-Créteil, il travaille dans un collège public comme conseiller aux entreprises (corporate training programs coordonator) et il est également formateur en entreprises pour sa propre compagnie de formation en communication interpersonnelle : « J’aime partager ce que j’ai appris, je suis à l’aise de parler en public dans la mesure où je sais et je crois dans ce que je dis ».

Philippe connaissait le mouvement unitarien d’un point de vue historique : « J’avais étudié ce courant théologique du Moyen-Âge et de la Renaissance mais j’ignorais tout du côté nord-américain. J’ai redécouvert l’église unitarienne universaliste par hasard sur Internet, et depuis juin 2015 j’essaye de ne manquer aucune activité, j’y trouve beaucoup d’équilibre entre ma quête spirituelle sans pression, et le plaisir de rencontrer des gens formidables, les valeurs unitariennes étaient faites pour moi comme un gant sur mesure ».

Philippe apprécie l’atmosphère du service du dimanche, les chants, les lectures et les sermons, et … le café et biscuits de « l’after-service » car il oublie souvent de déjeuner le dimanche. Il arrive plus fréquemment à 10h35 au lieu de 10h30 (problème de discipline de réveil le dimanche matin).

« J’admire aussi le leadership de notre pasteure car c’est un art de satisfaire aux attentes très diverses des membres et visiteurs de l’église ».« Je crois que notre institution, l’église Unitarienne universaliste, est exemplaire dans ce monde troublé de conflits culturels et religieux ».

Philippe apprend beaucoup sur Internet et il écoute aussi régulièrement sur YouTube des sermons d’églises unitariennes universalistes américaines. Une bonne vie spirituelle inclut de l’engagement, de l’humour, et beaucoup de curiosité d’esprit : « Je connais assez bien la théologie chrétienne et islamique du Moyen-Âge, mais je dois découvrir aussi le judaïsme et les religions d’Asie, bien entendu je ne néglige pas les philosophes non religieux, tout me nourrit ».

N’essayez pas de le recruter pour la chorale, Philippe est malheureusement un expert du lips-singing ! Mais il chante pour vrai dans sa voiture au retour à la maison !